Quand la communication devient « comics »

14 h 11 min dans Tribune par Luc

Au début de ce mois de décembre, une exposition de 50 dessins de presse (dont ceux de notre dessinateur Dominique Goubelle) était organisée à l’occasion du 22e forum Cap’Com. Leurs atouts ? Faire passer en douceur des messages sensibles et délicats. Encore peu répandu dans les collectivités, le cartoon peut-il venir compléter l’écriture dans la communication publique ? L’idée semble farfelue mais pour certains, on prend ça très au sérieux…

La violence, l’alcoolisme, la sécurité routière ou encore l’écologie, autant de sujets importants qui ont un point commun : ils sont toujours délicats à aborder par les institutions. Les campagnes se multiplient, entre les spots TV chocs, les slogans rébarbatifs ou encore les articles de conseil aussi longs les uns que les autres. L’efficacité est-elle pour autant au rendez-vous ? Je laisse la liberté à chacun de se faire son propre avis. Quoi qu’il en soit, nous sommes tous d’accord, il faut en parler ! Mais comment ?

Il faut en parler ! Mais comment ?

Le magazine New-Yorkais, The New Yorker, habitué du reportage et de la critique, s’est essayé en plus de son contenu d’origine à un nouveau mode de communication : le cartoon. Le principe ? Mettre en scène un problème de société dans quelques secondes de dessins animés. L’objectif ? Intéresser l’Internaute pour un sujet qui n’en a pas spécialement la vocation.

Une pratique originale qui a même « contaminée » certaines sociétés commerciales comme Red Bull lorsque ceux-ci ont mis en animation plusieurs spots télévisés.

N’y a-t-il pas une synergie possible entre la communication institutionnelle et le cartoon ? Cette idée a traversé l’esprit du Conseil général de l’Yonne et plus particulièrement de Fabrice Jobard, son directeur communication. « L’idée est d’arriver à de petits cartoons que les internautes pourraient podcaster et collectionner », dit-il. Le département a donc mis en place dans la rubrique multimédia de son site Internet une série d’animations flash qui relayent des informations diverses et variées en lien avec les activités de la collectivité. Pour la réalisation, c’est simple, le dircom explique le contexte et le dessinateur en la personne de Sean O’Brien s’exécute. Une fois montée, chaque animation ne dure pas plus de 20 secondes, le message est donc très court.

Dans l’Yonne, on ne subit pas l’information, on la vit

Alors est-ce vraiment efficace ? Et bien quatre jour après avoir vu pour la première fois ces podcasts, je me souviens encore que « je peux dormir tranquillement car les services publics dégagent les routes du département toutes les nuits » ou encore « qu’une voiture vaut mieux que deux »  pour le covoiturage!

Les informations ne sont pas spécialement passionnantes, et pourtant, elles nous marquent ! Dans l’Yonne, on ne subit plus l’information, on la vit ! En 15 secondes de comics, l’information est déjà assimilée. Une idée aussi efficace qu’originale ! De l’avenir ? Probablement ,et Fabrice Jobard en est persuadé.

Ceci dit, pourquoi cette « innovation » n’a t-elle pas plus de place sur le site ? Mélangé parmi les autres vidéos du département, un Internaute ne connaissant pas cette opération ne les trouvera pas forcément. Par ailleurs, pas plus de 3 vidéos en ligne aujourd’hui ? Il y a encore du chemin pour le département avant de « rivaliser » avec The New Yorker !

Mais le projet n’en est qu’à ses début… et le potentiel est grand !

Alors, « vous pouvez dormir tranquillement ! »